DASSAULT Olivier, photographie, artiste permanent de la Galerie Capazza depuis 2014

« Au début du XXème siècle, les premières peintures abstraites rompent désormais avec le monde des apparences et proposent une autre interprétation de l’existant. Les chefs de file ont pour noms Kupka, Kandinsky, Malevitch, Mondrian…

Ce sont eux qui vont donner sens et essence à l’abstraction dont l’irruption marque un virage radical vers une expression non figurative. Ils avaient en commun une pratique spirituelle, un goût très sûr pour la musique et une connaissance avancée de la science. Nous sommes alors en pleine découverte de la physique quantique et, grâce à la théorie de la relativité, la notion de réalité devient très subjective.

Dans la lignée de ces précurseurs, l’abstraction se décline de mille manières, au gré de l’inspiration et du talent de chaque créateur. Il était fatal qu’un jour les photographes s’en inspirent à leur tour. Et parmi eux, l’un de mes amis, dont je suis le travail avec admiration depuis maintenant une trentaine d’années : Olivier Dassault.

Avec lui désormais, les prises de vues sont des visions redimensionnées de la réalité. Il met savamment en scène l’architecture du quotidien par des jeux de lumières, de matières, de couleurs et intrigue nos sens en proposant différentes lectures de ses œuvres. Quand on les observe, de loin, de près, puis de nouveau de loin, le regard se métamorphose et découvre la géométrie secrète qui erre derrière chaque chose. Il y a là des lignes, des formes, des couleurs qui ne demandent qu’à éprouver notre propre vision du monde. »

Patrick Poivre d’Arvor

«J’affectionne tout particulièrement la surimpression à la prise de vue qui me permet de capter plusieurs formes, apparences ou présences et de les transcrire dans des interprétations plus contemporaines. Je peux être aussi réaliste voir même hyperréaliste.

Je cherche toujours à dépasser le stade de la contemplation et aller plus loin que le sujet ne pourrait l’imposer. J’aime créer des mutations entre la réalité et sa reproduction, et dévoiler, par mes choix d’angles et de cadrage, une nouvelle forme d’esthétisme.»

Olivier Dassault

Biographie

Né le 1er juin 1951 à Boulogne-Billancourt, Olivier Dassault devient ingénieur de l’Ecole de l’Air en 1974, puis titulaire d’un DEA de mathématiques de la décision en 1976 et obtient un doctorat d’informatique de gestion en 1980.
Passionné d’aviation, il est pilote professionnel IFR et a battu plusieurs records du monde de vitesse. Seul pilote du nom, Olivier (petit-fils de Marcel Dassault, constructeur d’avions, fondateur du groupe éponyme) est aujourd’hui député à l’Assemblée Nationale et Président du Conseil de Surveillance du Groupe Industriel Marcel Dassault. Il mène de front plusieurs existences et c’est sans doute sa carrière artistique qui lui tient le plus à cœur.

«
Depuis toujours, il y a la lumière, celle qui offre aux yeux la beauté du monde   ».
La lumière qui illumine les regards de ses premiers portraits en noir et blanc. Celle douce, des artistes de la fin du XIXème siècle. Découverts dès l’enfance, ils inspirèrent ses premiers clichés. Olivier Dassault entama sa carrière artistique, à la fin des années soixante, en empruntant à la peinture son expressionnisme romantique.

Ses photographies révèlent alors deux aspects de sa personnalité
; d’une part, une interprétation poétique, témoignage de son imaginaire laissant libre cours aux émotions et à l’esthétisme   ; d’autre part, une recherche technique constante où le lumière tient une place prépondérante.

Il fait le choix de se libérer de la contrainte du réalisme et explore la couleur comme source d’énergie. Il tente de fixer ou de recréer le mouvement en cultivant les effets. De la courbe des corps à celle du ciel, des paysages aux visions urbaines, son environnement devient la matière de ses explorations.
«
De la rencontre à l’émotion, la beauté est dans toute chose, l’art aussi   ; sa traduction est dans le regard qu’on lui porte et qu’il nous apporte.   »

D’années en années, Olivier Dassault s’émancipe et se laisse guider par le quotidien à la manière des cubistes et le la peinture moderne. Une nouvelle réalité naît. Il démontre ainsi que l’invisible peut transcender le visible.

Par ses nouvelles prospections, il capture les lignes majeures. Cette volonté s’affirme dans des séries structurées et quasi-linéaires, par lesquelles, il tente de saisir l’écoulement inexorable du temps au piège de sa chambre noire.

«
Photographier, c’est mettre sur la même ligne de mire, la tête, l’œil et le cœur   », Henri Cartier-Bresson

Fidèle à son Minolta XD7 et à la surimpression à la prise de vue, il modernise son approche et affirme son propre langage photographique à travers l’argentique.

Les textures deviennent plus épurées alors qu’il sature ses images de détails. Les aspects tangibles deviennent abstraits et se fondent en une synthèse de formes et de nuances chromatiques.

L’ombre et la lumière, composantes essentielles de son travail depuis ses débuts, deviennent l’axe majeur de ses compositions
: la voie vers l’abstraction est désormais engagée et in le cessera de l’expérimenter.

L’abstraction, à ses yeux, ne signifie pas la déformation de la réalité. C’est une recherche qui tend à établir l’indépendance de la photographie comme objet. En cela, il pourrait s’inscrire dans la tradition des photographes Ray K. Metzker, Alfred Stieglitz et Harry Callahan.

«
La création est une source d’énergie et de vitalité. La révéler au monde l’est tout autant   ».

Depuis plus de 40 ans, Olivier Dassault tente d’émouvoir le spectateur à travers son regard, par la diversité de son parcours et la construction de son travail.

Lire la suite

Expositions personnelles

2015
«   BRAFA   », Galerie Pierre Mahaux, Bruxelles

«   Drouot vu par Olivier Dassault   », Hôtel Drouot, Paris

«   Langage de murs   », Galerie Maeght, Paris

2014
«   Captures   », Guy Pieters Gallery, Knokke le Zoute, Belgique

«   Anamorphose   », Scarlett, Megève

2013
«   Réminiscence   », Nadine Slama, Paris

«   Les instantanés d’Olivier Dassault   », Young gallery, Bruxelles, Belgique

«   Empreintes   », Banque Transatlantique, Bruxelles, Belgique

2012
«   Insights”, Opera Gallery, Londres, Royaume Uni

“Rencontres”, Galerie Clarus, Paris

«   Corda-Dassault” Opera Gallery, Londres, Royaume-Uni

2011
«   Métaphores”, Agence Barnes Bonaparte, Paris

«   Photographismes   » Guy Pieters Gallery, Knokke le Zoute, Belgique

2010
«   Dialogue autour de l’abstraction   », Galerie Artistes en Lumière, Paris

«   Totem & tabou   », Galerie Pierre Mahaux, Megève

«   Mémoires d’Art   », Galerie Didier Aaron, Paris

«   Acrobaties   », Agence Barnes Bonaparte, Paris

2009
«   Surimpressionnisme   », Espace Hugues Chevalier, Paris

«   Abstraction   », Artcurial, Paris

2008
«   Urbania   », Galerie Corrado Bortone, Paris

2006
«   «   Invitation aux voyages   », Galerie Chloé Van Dongen, Troyes

2005
«   Ciels   », Artcurial, Paris

FIAC Paris Galerie Artlease

2004
FIAC Paris Galerie Artlease

2003
«   Lumières de ciel, lumières de ville   », Galerie Sonia Zannerracci, Genève, Suisse

«   Les visions recomposées   », Espace Hugues Chevalier, Paris

2002
«   La Cinquième dimension   », Artcurial, Paris

1993
«   Découvertes   », Galerie G. Apicella, Cologne et Paris

1990
«   Photocolorism   », Espace Kronenbourg, Paris

1988
FIAC Paris, Galerie Heyram

1978
“Egypte”, Galerie Pyramide, Paris

1977
«   Oniropolis   », Galerie Ferrero, Genève, Suisse

   

Lire la suite

Publications

2015
« Drouot vu par Olivier Dassault », Editions 12 Drouot

2014
« Captures » Editions Guy Pieters

2012
« Insights » Editions Opera Gallery

2011
« Photographismes » Editions Guy Pieters

2009
« Abstraction » Editions Chez Higgins

2005
« Ciels » Editions Cercle d’Art

2002
« La Cinquième Dimension » Edition Somogy

1999
« Entre Terre et Ciel » Editions LPM Michel Lafon

1990
« Photocolorism » Editions Robert Laffont

1987
« Danses de Feu » Editions Anne Sigier

1984
« Lignes d’Imaginaire » Editions Portes du Sud

1983
« Ces Regards d’Enfants » Editions Anne Sigier

1978
« Egypte » Congreve NewYork

1977
« Oniropolis » Editions Robert Laffont

1975
« Fugues » Editions Robert Laffont

Lire la suite
Pour un meilleur affichage, merci de tourner votre téléphone.