WOLFRAM, peinture, artiste permanent de la Galerie depuis 1986

« Il suffit de s’arrêter un moment face à une œuvre de Wolfram pour savoir ce qui le fascine et l’obsède dans le spectacle de l’univers : ce qu’il y a de plus remuant, de plus fugitif, dans le ciel et à la surface de la terre et des eaux, l’étincellement de la lumière qui répand sur les choses, les nuances, les chatoiements, les reflets, dont il s’enchante. Et pour transmettre à autrui ses émerveillements, il a découvert le langage le plus approprié : la vivacité de la touche, la fluidité des formes, et cette musicalité des tons où, à parfois, au milieu d’une orchestration toute en sourdine, percent le bref coup de clairon d’un vermillon, la sombre mélopée d’un bleu de Prusse ou la basse puissante d’un noir funèbre d’orage ».
Frank Elgar

Biographie

Wolfram Aichele, artiste peintre, né en 1924 à Fribourg en Brisgau (Allemagne). Il a grandi dans la ville de Pforzheim, où son père, le peintre animalier Erwin Aichele enseignait le dessin.
Très tôt, il manifeste un goût pour l’atmosphère des petits villages avec leurs maisons à colombages qu’il s’applique à dessiner. L’art populaire l’attire. Il est également fasciné par les œuvres du gothique allemand. Son adolescence est marquée par de grandes courses en montagne qui lui révèlent le paysage alpin, dont il retient le reflet de la lumière sur les glaciers, le jeu des changements atmosphériques et la structure cristalline des séracs. Peu enclin aux études académiques, Wolfram suit une formation de menuisier, avant de se lancer dans l’apprentissage de la sculpture sur bois en Haute Bavière. L’appel sous les drapeaux interrompt cette formation. En 1942, Wolfram est envoyé en Russie et tombe gravement malade. Il reste longtemps entre la vie et la mort. Rétabli, il est transféré sur le front de l’Ouest où il est fait prisonnier. Après deux ans de captivité aux Etats-Unis, il revient en Allemagne en 1946. Il peut alors achever sa formation de sculpteur. En 1949, il s’inscrit dans la classe de sculpture de l’Académie des Beaux Arts de Stuttgart et s’initie à la peinture murale et à la mosaïque. Cette période de recherche personnelle est avant tout marquée par un approfondissement de sont intérêt pour les avant-gardes et par la découverte des «
artistes dégénérés   ».
Parallèlement, il est attiré par l’art byzantin qui semble répondre à une quête d’un art propre à exprimer une dimension spirituelle. Il apprend la peinture d’icône et explore la théologie qui lui est liée. Il entreprend en 1954 un long voyage dans les Balkans, visitant les monastères serbes, séjournant plusieurs semaines au Mont Athos.
A partir de 1955, Wolfram crée des peintures de petit format dans lesquelles le souvenir de son voyage se marie avec des réminiscences de l’art populaire d’Europe centrale. Mais ces compositions empreintes de charme révèlent surtout les leçons apprises des artistes du Blaue Reiter, du cubisme et des œuvres de la période russe de Chagall.
L’année suivante, Wolfram s’installe à Paris. Il adopte définitivement l’aquarelle dont il explorera la technique de façon très personnelle tout au long de sa carrière. Ses recherches spatiales tendent vers une abstraction des formes, au profit, au profit de l’effet lumineux soutenu par des tensions colorées. La figure humaine disparait, les thèmes se réduisent à quelques intérieurs, des natures mortes, des architectures, et surtout des paysages fractionnés en facettes, équilibrés comme des constructions architecturales, et dont l’aspect vibrant n’est pas sans évoquer la musique. L’intérêt pour Kandinsky et Klee est toujours présent, mais la sensibilité et le caractère très indépendants de Wolfram, ainsi que son sens intime du spirituel, ne peuvent se satisfaire d’aucun système théorique, ni d’aucun courant.
Wolfram a trouvé son langage pictural à la fin des années 1960, période qui correspond au début de sa pleine reconnaissance par le public. Il mêle des jeux de transparences d’une légèreté aérienne avec des recherches de matières que l’on n’attend pas d’un aquarelliste. Le choix de se limiter aux seules œuvres sur papier, loin d’être une contrainte, débouche sur un approfondissement exigeant, toujours r enouvelé.
Dans les années 1980, Wolfram introduit des collages. Il compose à partir de morceaux qu’il a lui-même peints au préalable, ou avec des chutes de ses propres aquarelles. Les œuvres acquièrent ainsi un relief tactile.

Lire la suite

Principales expositions personnelles

2015
Château Hohenheim, Stuttgart, Allemagne

2014
Arts Elysées / Galerie Capazza de Nançay, Paris

2009
Exposition "Familientreffen" à l'association artistique "Buslatgilde" Neulingen/Pforzheim, Allemagne

2008
Galerie Olivier Nouvellet, Paris rue de Seine

2005
Association artistique “Buslatgilde” Knittlingen - Allemagne

Galerie Olivier Nouvellet, Paris rue de Seine

2004
Galerie Capazza, Nançay, France

2002
Centre Culturel "Nikolaus-Cusanus-Haus" Stuttgart-Birkach, Allemagne

1997
Galerie Municipale "Kunsthöfle", Stuttgart-Bad Cannstatt, Allemagne

1996
Centre Culturel "Johanneshaus", Oeschelbronn, Allemagne

1993
Galerie Ruf, Munich, Allemagne
Galerie du Pontgirard, Monceau-au-Perche. France

1992
"La petite Galerie"(Max Fullenbaum), Paris

1991
Galerie de Luxembourg, Grand-duché

1988
Galerie Capazza, Nançay, France

1987
Galerie de Luxembourg, Grand-duché de Luxembourg
Galerie Wolf, Pforzheim

1986
Galerie Capazza, Nançay, France

1984
Bundesbank (Banque Fédérale) Francfort/M. Allemagne
Galerie Chichio Haller, Zurich, Suisse

1983
Kunstverein Backnang, Allemagne

1982
Galerie Jean-Louis Roque, Paris

1980
Galerie d'Art Municipale, Esch-sur-Alzette, Grand-duché de Luxembourg

Galerie "Haus zum Dachs", Fribourg en Brisgau, Allemagne

1978
Galerie L'Orangerie, Oostende, Belgique
Galerie Paul Bruck, Grand-duché de Luxembourg
Galerie Lenten, Epse, Pays-Bas

1977
Galerie Jean-Louis Roque, Paris
Galerie Betty Thommen, Bâle, Suisse

1976
Galerie d'Art Municipal, Esch-sur-Alzette, Grand-duché de Luxembourg

1974
Galerie L'Orangerie, Oostende, Belgique
Galerie Paul Bruck, Grand-duché de Luxembourg
Galerie Le Chapelin, Paris

1972
Galerie Jean-Louis Roque, Paris Galerie Saint-Léger, Genève, Suisse

1971
Galerie Bettie Thommen, Bâle, Suisse

1970
Gedokhaus Stuttgart, Allemagne

1968
Galerie Möhring, Wiesbaden, Allemagne

1967
Galerie Saint-Fargeau, Paris

1965
Galerie May Düsseldorf, Allemagne

1964
Kunstverein Erlangen, Allemagne - Kunstverein Pforzheim, Allemagne

1963
Galerie Hayden, Munich, Allemagne

1961/62
Galerie May, Düsseldorf, Allemagne

Lire la suite

Principales expositions de groupe

2008
"Petits formats", Association artistique "Buslatgilde" Katharinenthaler   Hofgut,Neulingen/Pforzheim
2000/01   Exposition collective à Chauray, Deux-Sèvres

1999
Exposition collective à la Galerie du Pontgirard, Orne

1998/99
Exposition collective à l'Espace Cardin par la Galerie Capazza, Paris

1996
Exposition collective au Théâtre du Rond Point par la Galerie Capazza, Paris

1995
Galerie Municipale, Troyes, Aube

1992
BALTIJAS CELS, Triennale Baltique, Riga

1990
LINEART, Gant, Belgique

1989
ART JONCTION, Nice

1982/86/89
Galerie Schaller, Stuttgart, Allemagne

1978/79
Galerie Marbach, Berne, Suisse - 19789ème Exposition Internationale,
Musée de Picardie. Amiens

1966/67/68/70
Rizzoli Gallery, New York, U.S.A.

1963
Herbstsalon München, Allemagne

Participe depuis 1986 aux expositions annuelles collectives de printemps à la Galerie Capazza.

Lire la suite

Acquisitions  

Par la Ville de Paris, l'Etat Français, le Musée d'Histoire et de l'Art de Luxembourg, le Land Bade-Wurtemberg, la Banque Fédérale d'Allemagne (Francfort/Main), la Banque Centrale du Land Bade-Wurtemberg (Stuttgart), Daimler-Benz (Sindelfingen) et de nombreuses collections privées.

Lire la suite

Bibliographie

Frank Elgar :
WOLFRAM
Collection Musée de Poche
Paris - 1977

Henk van Gelre :
WOLFRAM, een van de grootste aquarellisten van onze tijd
Revue "Tableaun". Nr. l, 1980
Mijdrecht, Pays Bas

Pierre Brisset :
WOLFRAM
Revue "L’Œil"
Paris - 1982

Michael Bockemühl :
Spielendes Licht,
Aquarelle von Wolfram
Revue "Die Drei",
Stuttgart - 1985

Gérard Xuriguéra :
"Le dessin, le pastel, l’aquarelle dans l’Art Comtemporain"
Editions Mayer
Paris - 1987

Joseph Paul Schneider :
"Immobiles transhumances"
dans "Luxemburger Wort"
1987

Art Contemporain
GALERIE CAPAZZA - Grenier de Villâtre
Nançay - 1989

Joseph Paul Schneider :
"Le battement mystérieux de la lumière"
dans "Luxemburger Wort"
1991

WOLFRAM
Catalogue de l’exposition
GALERIE CAPAZZA - Grenier de Villâtre
Nançay - mai 2004

30 années de regard
"X vu Par"
GALERIE CAPAZZA - Grenier de Villâtre
Nançay - 2007

Noir et Blanc
GALERIE CAPAZZA - Grenier de Villâtre
Nançay - 2008

Wolfram, the boy who went to war
Giles Milton - 2011

Wolfram, un jeune rêveur face aux nazis
Giles Milton & Florence Hertz
Editions Noir sur Blanc - 2012

Lire la suite
Pour un meilleur affichage, merci de tourner votre téléphone.