DEBLANDER Robert, céramique, artiste Permanent de la Galerie Capazza depuis 1986

« Je n’ai pas la moindre idéologie concernant la céramique ou l’art en général. J’en accepte les formes quand je sens l’œuvre, l’objet aboutis, à leur maximum d’intensité, d’expression, je les reçois pleinement, Jomon, Song, Persan, contemporains, conceptuels, figuratifs ou abstraits, centaines de références qui, chacune, ont permis l’éclosion des formes ou éloquentes ou admirables … ou muettes. »
Robert Deblander

« Ce potier de renommée mondiale puisqu’il expose aussi bien à Londres qu’à Rome ou à Tokyo, a parfaitement assimilé la leçon des vieux artisans qu’il s’est choisis comme maîtres, après un tour de France de la poterie. En s’appuyant sur cette base traditionnelle, Robert Deblander se livre à des recherches constantes qui concernent les volumes et les formes. Chacun de ses grès, qu’il s’agisse d’un modeste bol ou d’une sculpture plus élaborée, traduit son souci de l’équilibre et reflète ses préoccupations profondes qui sont surtout d’ordre architectural ».
Colette Save, Les artisans de Bourgogne, L’Estampille

« Robert Deblander était un homme silencieux, il ne se livrait pas autrement qu’à travers ses créations. Créer, c’est en quelque sorte écrire, c’est découvrir et se découvrir. En descendant ainsi en soi même, on se fait surtout plus universel. C’est autant une expression de soit qu’une expérience tournée vers la conscience et les soucis de la condition humaine, vers l’altérité ».
Joseph Rossetto, extrait du catalogue de l’exposition Robert Deblander, Galerie Capazza, 2015

Robert Deblander, le maître de l’exigence

« La rigueur des volumes simples, sans entrer dans l’idéologie minimaliste, se prête aussi bien aux objets dits utiles qu’aux formes libérées de l’usage, elle donne une force à l’image des uns et des autres.

Cependant, avant même les années 1960 et régulièrement par la suite, compositions graphiques, calligraphies délicates, réapparition de la couleur étaient venus animer les austères surfaces des poteries et des grès soumis au feu. Mais la porcelaine, adoptée seulement en 1975, semble toutefois l’avoir emporté. Cette élégante réussite n’est pas parvenue à combler le potier Deblander des origines, qui a voulu se confronter, à l’occidentale, aux « chawans » du zen japonais si étrangement libres, et disciplinés. Leur esprit se prêtait magnifiquement à une reprise passionnante de l’ensemble des pratiques expérimentées par Robert Deblander depuis ses débuts. Ce fut une paisible débauche de bols marquant la fin d’une période et introduisant (ou réintroduisant en force) les sculptures abordées dans les années 1970.

(…) Ces frontières internes de la céramique, Robert Deblander les a vécues mais également réfléchies et analysées. Pour compléter son engagement dans la défense de l’art céramique, il a fréquemment écrit sur les travaux de ses confrères, mettant l’accent sur la céramique d’auteurs, la plus vulnérable, et a toujours affirmé sa conviction, fidèle à lui-même, volontairement solitaire sans dévier son chemin.

Il a sans doute ouvert une voie dans le monde de la terre, en tant que médium artistique. Il restera un maître sans le vouloir, bien qu’il n’ait pas généré une école, mais simplement créé un style qui porte son nom et qui peut être une étape pour un jeune créateur ou un jalon dans une aventure potière. Ce raffinement est inimitable ou trop représentatif, il est la protection contre toute copie. Si d’aucun s’en réfère et s’y contraint, trouver un détournement ou une autre caractéristique est obligatoire car il semble impossible de la dépasser.

(…)Le style Deblander se définit ; pureté de la forme, perfection de la finition, exigence technique, qualité de la matière, intégration du décor et comment il s’inscrit dans l’actualité artistique : mais l’essentiel n’est certainement pas dit car le plus vif souhait du céramiste reste de parvenir à ce qu’une sorte d’aura entoure la moindre de ses créations, car c’est à ce moment que l’on peut clairement parler d’art. Cette perfection plastique alliée à l’exigence fonctionnelle le conduisait vers le design, mais ce chemin par trop dépendant d’un système économique ne pouvait lui convenir. L’origine d’objets manufacturés est vite oubliée ainsi que tout le mérite pour l’artiste d’être un pionnier.

Robert Deblander a appliqué la leçon de liberté qu’il a reçue de Vassil Ivanoff. Il s’est donné des défis tout en restant fidèle à lui-même, il s’est contraint, « avec le courage de l’inconscience », à développer l’aire de sa création, il restera un représentant exceptionnel, attentif témoin de l’art céramique français de la moitié du XXe siècle ».
Nicole Crestou, Robert Deblander, Editions La Revue de la Céramique et du Verre

Biographie

Né à Paris le 22 janvier 1924, décédé le 8 mai 2010.

1940-44
Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris

1946-49
Premiers contacts avec les métiers céramiques dans divers ateliers de la Nièvre, de la Drôme, de l’Hérault, de l’Ain.

1949-57
Premiers ateliers personnels à Neuilly-sur-Seine. Four électrique. Recherches sur la faïence «   classique   », c'est-à-dire cuisson de pâte argilo-marneuse recouverte d’un émail blanc mat stannifère. Décor ou peinture aux oxydes sur des thèmes non figuratifs.

1961-68
Installe son atelier à Saint-Amand en Puisaye où se pratique la cuisson de grès en plein flamme.

Eté 1962
Première cuisson au bois. Premières formes modelées de techniques mixtes. Créée également des formes de simple révolution marquées par l’architecture et la sculpture. Commence à écrire de nombreux articles sur l’esthétique de la céramique ainsi que sur des céramistes.

1964
Participe à l’exposition Le Grès contemporain au Musée de Sèvres

1965
Expose au Musée Cantini, Marseille (Grand prix de la ville)

1966
Métiers d’art d’aujourd’hui, Château de Gien

Biennale de Vallauris, médaille de vermeil

1967
Métiers d’art d’aujourd’hui, Marcigny

Galerie Yonne Républicaine, Auxerre

1968-86
Travaille avec un four à gaz. Recherche sur les émaux de grès et début de travail sur la porcelaine   : céladons, rouges. Emaux mats   : bleus, turquoises, verts profonds.

1968
Exposition de Munich, Médaille d’or

1969
400 ans de Poterie en Puisaye, Saint-Amand-en-Puisaye

1971
Galerie Topka, Paris

1972
Château de Ratilly, Treigny. Exposition avec Pierre Lèbe, Hamada, Etienne Martin, Viera Da Silva.

1973
Création d’une ligne de porcelaine pour la Porcelaine de Paris.

Le grès contemporain Berry-Puisaye, Maison de la Culture, Nevers

1974
Céramique contemporaine, MMAF, Biot

1976
Mission au Tchad (ONU).

Musée Keramion, Frechen, Allemagne

1977
Artistes-Artisans   ? Musée des Arts décoratifs, Paris

1978
Galerie Sarver, Paris

1979
Galerie Fritz Vehring, Allemagne

1980
Nommé Directeur de l’Ecole Nationale des Arts Décoratifs de Limoges (poste non assuré pour convenances personnelles).

Création de formes contemporaines pour les Etablissements Montgolfier

Les Métiers d’Art, Musée des Arts Décoratifs, Paris

Exposition de l’Académie Internationale de Céramique, Kyoto, Japon

Galerie Capazza, Nançay

1981
Céramique contemporaine, Musée des Arts Décoratifs, Paris

Kunst Museum, Cologne, Allemagne

1ère Biennale de céramique contemporaine, Châteauroux

Galerie Chapo, Paris

1982
Création pour la Manufacture Nationale de Sèvres.

Galerie Charlotte Henning, Darmstadt, Allemagne

Keramik 82, Montabaur, Westerwald, Allemagne

1983
Céladons, Galerie Sarver, Paris

La Porcelaine contemporaine, Saint-Yrieix

Rencontres avec la terre, Maison de la Culture, Saint-Etienne

1984
Nommé Chevalier des Arts et Lettres.

Préside le Concours international de design à Valence, Espagne

Galerie des Métiers d’Art, Antibes

1986
6 Céramistes français à Deventer, Galerie Loes et Reiner, Pays-Bas

Céramique contemporaine, Ecole d’Arts Appliqués, Aulnay-sous-Bois

1987
Installation d’un nouvel atelier.

Nommé directeur des Etudes et de la Promotion au centre céramique à Saint-Amand

Galerie 18, Bruxelles, Belgique

Galerie Epona, Paris

1987-1996
Organise divers symposiums et stages dans le cadre du CNIFOP avec les céramistes Champy, Bayle, Pastore, Varlan, Pénicaud, de Crousaz, Vanier, Palley, Atkins, Corregan, Gardelle, Delmotte, Chapallaz, Girel, Fouilhoux, de Montmolin, Eve, Bogino.

1988
Participe à l’exposition à la Maison de la Céramique, Mulhouse

1990
Membre de pilotage de l’exposition l’Europe des Céramistes.

Nommé Officier des Arts et des Lettres

1991
Printemps des Potiers, Bandol

Galerie 18, Bruxelles, Belgique

Concours Bernard Palissy, Musée des Arts décoratifs, Paris

1992
Galerie Sarver, Paris

Centre Saint-Exupéry, Reims

Biennale de Céramique, Châteauroux

Le Lavoir, Clamart

1993
Travaille des décors sur grès, avec réserves, émaux blancs en superposition et noirs-bruns présentés à la Biennale de Châteauroux.

1994
Musée de Villiers Saint Benoît

Galerie Le vieux Bourg, Lonay-près-Morges, Suisse

1995
Galerie Hamelin, Honfleur

Céladons d’aujourd’hui, Musée Bernard Palissy, Lacapelle-Biron.

1996-2000
Travaille la porcelaine, avec des décors en réserve, sur fond noir, mat ou satiné.

1996
Le Vase, Soissons

Galerie Loes et Reiner, Deventer, Pays-Bas

Maison de la Céramique, Mulhouse

1997
Galerie Godar, Lille

Galerie Sarver, Paris

Galerie Trace, Hastières-par-delà, Belgique

The contemporary teapot, Keramikmuseet, Middelfart, Danemark

1998
Recherche sur les bleus, décors en réserve sur porcelaine.

Porcelaines, Giroussens

Verre-Terre, Reviers

Espace Cardin, Galerie Capazza, Paris

1999
Maison des Métiers d’Arts, Roanne

2000
Alpha House Gallery, Sherborne, Angleterre

Galerie Terra Viva, Saint-Quentin-la-Poterie

2001
Rouges de cuivre, Musée Bernard Palissy, Lacapelle-Biron

Exposition rétrospective, Musée National de Céramique, Sèvres

2002
Galerie Pierre, Paris

2003
Galerie Pierre, Paris

2004
Exposition Deblander, Joulia, Lerat, Mohy, Galerie Capazza, Nançay

2005
Reprend la sculpture

2006
Galerie Pierre, Paris

Galerie de l’Ancienne Poste, Toucy

2007
Galerie Pierre, Paris

2008
Galerie Pierre, Paris

2009
Galerie de l’Ancienne Poste, Toucy

Les dix ans du Prix Liliane Bettencourt pour l’Intelligence de la main, Galerie Charpentier, Paris

2011
Exposition hommage au Musée Vassil Ivanov, La Borne

Compagnie de la Chine et des Indes, Paris

Exposition hommage, «   Deblander, œuvres inconnues   », Couvent de Treigny

2015
Exposition hommage, Galerie Capazza, Nançay

Lire la suite

Collections publiques

Musée Cantini, Marseille

Préfecture de Nevers

Musée de Freichen, Cologne, Allemagne

Musée des Arts Décoratifs, Paris

Académie Internationale de Céramique, Kyoto

Frac Limousin

Sous-Préfecture de Cosne sur Loire

Frac Languedoc-Roussillon

Musée National de Sèvres

Lire la suite
Pour un meilleur affichage, merci de tourner votre téléphone.