FERRE Fanny, sculpture, Artiste permanente de la Galerie Capazza depuis 2002

"Très jeune, j'avais un seul plaisir : être chez moi pour créer des séries de petits personnages en terre. J'ai eu la chance d'avoir des parents qui m'ont soutenue. Ils ont pris des photos des premières sculptures pour confectionner des albums. Cette attention m'a encouragée…"

Fanny Ferré

« Pour les peuples errants, se fixer c’est mourir, renoncer à l’exaltation que procure le fait d’avancer, de se rendre d’un point à un autre. Bien qu’ancrée à son atelier, Fanny Ferré se sent foncièrement nomade, solidaire de tous ceux qui n’ont que l’instant pour demeure.

Rescapés des crises, des conflits et des préjugés de toute sorte, ils avancent, visage au vent, libérés de tout ce qui conspire à l’effondrement de la vie. Chiens, poules, chèvres, boeufs et chevaux cheminent à leurs côtés, formant avec eux une phratrie, une communauté de vie plus intense que l’existence aseptisée qu’on nous offre pour horizon (quand on ne nous prive pas des ressources de notre gagne-pain).

Pour autant, les personnages dont il s’agit ne sont nullement des fuyards, des mendigots ou des persécutés. Ils sont pétris d’humanité dans la plus généreuse acception du mot. Leur vérité nous touche au cœur. La palette des sentiments s’étale sur leur visage, tour à tour affamé d’espace, inquiet, méditatif ou volontaire.

Une belle touche de sensualité souligne la fermeté des corps que l’on devine sous les vêtements singulièrement moulants des femmes. La procession progresse vers un ailleurs dont on ignore jusqu’aux contours. Les figures de terre aux pieds larges ne semblent pas s’en alarmer. Chacune d’elles tient son rôle dans le grand cirque universel. Petits et grands sont à égalité. Rien n’est plus révolutionnaire que l’enfance écrivait Jean Sullivan qui, toute sa vie se tint à l’écart du conformisme spirituel, cette paresse de la pensée.

L’enfance, voilà la clé, le mot de passe qui donne accès à l’univers rude et sauvage que nous offre Fanny Ferré. Les êtres qu’elle dépeint n’ont que leur maigre balluchon, une carriole brinquebalante et quelques vivres pour le voyage, mais rien ne peut fléchir leur désir d’aller de l’avant, comme si le but de l’aventure était la route elle-même plutôt que la destination de leur incessant pèlerinage. Mordant la vie à pleines dents, ils n’ont pour guide que les étoiles et leur rêve pour quotidien ».

Luis Porquet

NOMADOLOGIE

MATIERE
De la terre - disons-le autrement : à partir de la terre, en provenance de la terre, avec la terre, fabriqué avec elle. De toute façon, quelle que soit l'acceptation, conçu avec de la glaise, en écho au premier démiurge, païen ou non, qui a créé le monde en modelant le matériau prélevé sur le chaos, arraché au désordre avant de lui donner vie à l'aide du souffle. Du feu, donc également, en guise de paraclet immanent destiné à durcir, à animer, à figer dans l'éternité de l'art, à prendre rendez- vous avec le temps pour se mesurer à lui. Ainsi le monde peut bien advenir.

NOMBRE
Des tribus, rarement des solitudes, souvent des groupes. Des familles telles que tous les discours généalogiques les conçoivent : une mère, un enfant, un père, sa femme et leur progéniture. Un groupe, le noyau primitif qui assure d'une capacité à répondre aux violences alentours. Pas d'individus
solitaires comme la modernité les invente, mais des agrégats primitifs destinés à conjurer le mauvais sort : les intempéries, la pénurie, le danger venu des autres ou des animaux, la faim, la soif, la possibilité de préserver son être.

ACTIVITES
Survivre avant tout : boire, manger, dormir, se refaire une santé, des forces, se reposer, restaurer son corps par les marches. Mais aussi les activités courantes dans les villages premiers, les communautés originaires : retirer une épine du pied, épouiller un enfant, nourrir des animaux. Mais aussi, en signe de relation intime avec les rythmes et les cadences cosmiques encore familières aux hommes, faire de la musique, souffler dans un chalumeau, cadencer le souffle de peaux. Du besoin au luxe, de l'alimentation des corps à la nourriture des âmes.

BESTIAIRE
Le chien, compagnon fidèle, dévoreur d'ordures et support aux affections frustes, signe du passage des peurs de la sauvagerie au pouvoir de domestiquer ; mais aussi les oiseaux, nourris, certes, mais dans le dessein de fournir sûrement de la nourriture le jour venu, des chèvres également, pour le lait, la viande, la sobriété des besoins ; un singe, enfin, pour rappeler la proximité du mammifère et de l'homo sapiens, leur proximité et leur intime et indépassable parenté - frère métaphysique, double ontologique.

ERRANCE
Dormir ou manger, oui, mais pour pouvoir reprendre la marche et partir encore et toujours sur des chemins qui ne mènent nulle part. Car, en dehors des songes, des
rêves de ces corps allongés à même le sol, les humains quêtent : un endroit plus agréable, un lieu plus hospitalier, une géographie moins dangereuse, un temps plus clément. Tribus errantes, nomades impénitents, haine du domicile et goût furieux, viscéral pour la liberté et ses métaphores : la marche, le mouvement, le déplacement vers ailleurs.

SENSUALITE
Et puis cette immense et perpétuelle sensualité. Envie de rencontrer ces femmes presque nues dont les vêtements sont rares, loqueteux, effilochés, moulants. Pour leurs fessiers proéminents, leurs croupes larges, excitantes, leurs petits seins fermes et haut placés, leurs tailles étroites, leurs jambes longues, parfois écartées, leurs peaux cuivrées, bronzées, tannées ; le désir affleurant, l'innocence d'un érotisme païen, simple sobre encore intact et pur.

ALLURE
Des rois ou des fils de roi, des reines ou leurs filles, des tribus royales, certainement, parce que libres, sans entraves, sans limites, sans autres obligations que leurs caprices. Et ces vertus oubliées, négligées, méprisées, perverties par les civilisations et les religions qui rapetissent : fierté, détermination, mélancolie, intrépidité. Innocence, volonté et autres grandeurs associées aux peuples farouches, indomptés, sauvages et créateurs de leurs propres valeurs.
Michel ONFRAY

Biographie

Née le 6 juin 1963 à Evreux (Eure)

1990  Lauréate de la Fondation Bleustein-Blanchet pour la vocation

1985-1986  Atelier de taille directe Cardot, Paris

1984-1985  Stage à l'atelier expérimental de la manufacture de Sèvres

1983  Ecole des Beaux Arts de Paris - Atelier de sculpture de Georges Jeanclos

1980-1983  Ecole des Beaux Arts d’Angers

Lire la suite

Sélection d'expositions personnelles

2015  Château de Bois-Guilbert, Bois-Guilbert

Musées de Sarreguemines, Sarreguemines

Espace culturel mairie, Bazoches-sur-Hoëne

2014  Médiathèque François Mitterrand, Argentan

Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski, Honfleur

Collégiale Saint-André, Chartres

La Manufacture Bohin, Saint-Sulpice-sur-Risle

2013  Château de Laréole, Laréole

Château de Vascoeuil, Centre d'art et d'histoire, Vascoeuil

Espace Sofitel, Quiberon

2012  Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowsk, Honfleur

2011  Galerie Capazza, Nançay

Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski, Honfleur   

2010  Galerie Claudine Legrand, Paris

Espace des Tanneurs, L'Aigle

Château de Carrouges, Carrouges

2009  Espace Herbauges, Les Herbiers

Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski, Honfleur

Centre régional d'art contemporain, Fontenoy

2008  Mémorial, Montormel-Coudehard

Galerie Capazza, Nançay

Grange dimière - Le Pin, Charavines

2007  Musée de Roanne

Galerie Capazza, Nançay

Espace contemporain, Beaune

2006  Galerie des Emibois, Neufchâtel, Suisse

Maison de la Culture, Nancy

Galerie Claudine Legrand, Paris

2005  Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski, Honfleur

Palais Bénédictine, Fécamp

Espace contemporain, Beaune

2004  Musée de la Céramique, Dieulefit

Galerie Capazza, Nançay

Galerie Claudine Legrand, Paris

Abbaye d’Arthous, Hastingues

1997-2003  Galerie Danielle Bourdette-Gorzkowski, Honfleur

2002  Crypte de l'église Ste Eugénie, Biarritz

Les Olivétains, Saint-Bertrand-de-Comminges

2001  Maison de la Céramique, Mulhouse

2000  Galerie des Emibois, Neufchâtel, Suisse

Médiathèque François Mitterrand, Argentan

Galerie Mostly Glass, New York, USA

1999  Salon Sofa, Chicago, USA

Musée de la Ville, Roanne

Théâtre de la Ville, Saint-Gaudens

1998  Maison de la Culture, Nancy

1997  Galerie Hazelar, Soest, Pays Bas

1996  Grottes de la Pierre aux Dames, Conches

Galerie Annie Chevalley, Montreux, Suisse

1994  Centre Céramique de la Borne, Henrichemont

Etablissement Elie de Brignac, Deauville

1993  Musée Mandet, Riom

1992  Prieuré Saint Gabriel, Brécy

Tempera Art Gallery, Bruxelles, Belgique

1991  Galerie Lavignes-Bastille, Paris

1990  Galerie Le Cube, Paris

1989  Maison des Arts, Evreux

1988  Galerie Le Cube, Paris

1986  Café de la Danse (Génie de la Bastille), Paris

Galerie D. M. Sarver, Paris

1985  Grande Messe des Beaux-Arts, Paris

Lire la suite
Pour un meilleur affichage, merci de tourner votre téléphone.